Le contrôle technique, une règle du Code de la route

Le contrôle technique périodique est une obligation depuis le 1er janvier 1992. Il s’agit d’une mesure de prévention visant à améliorer la sécurité routière, en limitant les risques d’accidents liés à des défaillances du véhicule.

En quoi consiste le contrôle technique ?

Le contrôle technique est un examen visuel des organes essentiels du véhicule. Il est réalisé sans démontage. Entre 30 et 45 minutes sont nécessaires pour étudier 124 points de contrôle obligatoires (identification du véhicule, liaisons au sol, éclairage et signalisation, organes mécaniques, visibilité, carrosserie, pollution, direction, freinage…). Si un défaut est relevé, il doit impérativement être corrigé. Le centre de contrôle et le contrôleur technique doivent être agréés par la préfecture.

Une visite technique favorable est signalée par l’inscription de la lettre A sur le timbre de la carte grise. La validité du contrôle est de 2 ans. Une visite technique défavorable est indiquée par un S sur le timbre de la carte grise. Le propriétaire dispose alors de 2 mois pour effectuer les réparations et revenir les faire constater lors d’une contre-visite. Celle-ci peut être réalisée dans un autre centre de contrôle. Si le délai de 2 mois est dépassé, le véhicule est soumis à un nouveau contrôle technique obligatoire complet.

Le contrôle technique, une obligation pour souscrire à une assurance

Pour être en conformité avec la loi, tout conducteur doit assurer sa voiture. Il existe plusieurs types d’assurances et différentes options sont possibles pour chacune. A vous de choisir. D’autres renseignements sur l’assurance sur cet article.

Depuis 1992, le contrôle technique est également obligatoire. En cas de manquement à cette règle, le propriétaire de l’auto pourra être verbalisé par les forces de l’ordre. L’amende peut s’élever de 135 € à 750 €.

Par ailleurs, le certificat de passage de contrôle technique est indispensable pour établir la carte grise d’un véhicule de plus de 4 ans. Or, si ce certificat n’est pas à fournir obligatoirement pour souscrire une assurance auto, la carte grise reste indispensable. L’un ne va donc pas sans l’autre.